L’Homo sapiens » vieux de 300 000 ans,

L’Homo sapiens serait 100 000 ans plus vieux que ce que l’on croyait et son berceau n’est peut-être pas l’Afrique de l’est.

Une équipe internationale a découvert des restes fossiles de l' »Homo sapiens » vieux de 300 000 ans, soit 100 000 ans de plus que ce que l’on pensait, à Jebel Irhoud au Maroc. 

 

12640771

Les différents fossiles retrouvés par les anthropologues entre 2004 et 2016, à Jebel Irhoud, au Maroc. (BRUNO ROUGIER / RADIO FRANCE)

Edité par Alexandra du Boucheron Bruno Rougier Radio France
publié le 07/06/2017

 

C’est une découverte qui bouleverse nos certitudes sur l’origine et l’évolution humaine. L’Homo sapiens remonterait finalement à plus de 300 000 ans, selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature, jeudi 8 juin.

Entre 2004 et 2016, une équipe internationale de chercheurs a trouvé et analysé plus de 16 nouveaux restes fossiles d’Homo sapiens sur le site archéologique de Jebel Irhoud, au Maroc, dont ceux de trois adultes, d’un adolescent et d’un enfant. Ce sont donc les plus anciennes traces de notre propre espèce connues à ce jour.

« Certaines de ces découvertes sont tout à fait remarquables » : écoutez l’interview de Jean-Jacques Hublin, co-directeur des fouilles de Jebel Irhoud, au micro de Bruno Rougier

L’âge et la localisation, deux conclusions majeures

Jusqu’à présent, on pensait que l’Homo sapiens, qui a donné naissance à l’homme moderne, remontait à environ 200 000 ans. Cette découverte repousse donc les origines de notre espèce d’environ 100 000 ans. Autre nouveauté : ce gisement est situé en Afrique de l’ouest. Jusqu’à présent, on pensait que le berceau de l’humanité moderne était localisé en Afrique de l’est. « Au lieu d’avoir un lieu d’origine dans une région restreinte d’Afrique, ce que l’on envisage plutôt c’est un rôle de l’ensemble du continent africain dans l’émergence de notre espèce », indique Jean-Jacques Hublin, de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionnaire à Leipzig en Allemagne et du Collège de France à Paris, qui a co-dirigé l’équipe. 

« Cet homme moderne qui nous ressemble beaucoup a probablement émergé avec des contributions de différentes populations africaines qui ont chacune acquis des mutations très favorables, qui ont fait de l’homme moderne ce qu’il est, avant qu’il ne sorte d’Afrique pour la première fois, il y a environ 120 000 ans », poursuit le paléoanthropologue.

C’est une découverte qui change vraiment les manuels de paléontologie humaine parce qu’elle remet en cause un consensus sur l’origine de notre propre espèce.

Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue  à france info

12640481

Le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin sur le site de Jebel Irhoud, au Maroc. Il montre le crâne humain découvert lors des fouilles.  (SHANNON MCPHERRON / MPI EVA LEIPZIG)

Il a fallu analyser les niveaux archéologiques où les restes ont été trouvés pour pouvoir les dater. Les chercheurs ont utilisé deux méthodes : « Une méthode fondée sur l’analyse physique de restes de silex brûlés qui donne des résultats très précis, détaille Jean-Jacques Hublin. Et puis, une autre méthode utilisée directement sur une dent humaine d’une mandibule d’enfant qui vient de Jebel Irhoud et qui donne un âge tout à fait comparable. »

L’homme moderne n’est pas si différent

Cet homme de Jebel Irhoud ressemble beaucoup à l’homme d’aujourd’hui. Il a la même face et la même dentition. En revanche, souligne Jean-Jacques Hublin, « la boîte crânienne reste assez allongée, assez basse, c’est un cerveau assez grand mais qui a encore des parties qui sont différentes de celles que l’on trouve chez l’homme actuel. C’est un cerveau qui est beaucoup moins globulaire dans sa forme. La grande histoire de l’évolution de notre espèce, c’est une restructuration de notre cerveau, une augmentation de son efficacité au cours des derniers 300 000 ans. » On sait que cet homme vivait dans des milieux de savane, qu’il chassait -surtout des gazelles- et fabriquaient des outils en pierre taillée.

Certaines de ces découvertes les plus récentes sont tout à fait remarquables parce qu’elles documentent des parties de l’anatomie qui étaient totalement inconnues.

Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue à france info

Avec la découverte de ces 16 nouveaux restes fossiles, cela porte à 22 le nombre total de reste trouvés à Jebel Irhoud ce qui en fait « le site le plus riche pour toute l’Afrique pour cette période de temps. »

12640507

Le sud du site de Jebel Irhoud, au Maroc, où une équipe internationale de chercheurs a découvert des restes de fossiles de l' »Homo sapiens » entre 2004 et 2016. (SHANNON MCPHERRON / MPI EVA LEIPZIG)

 

Publicités

Auteur : alarpad 2

N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. Les secrets de la mer Rouge (1931) Henry de Monfreid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s