Paris, les Vélib’ de Jean Claude Decaux .

8465185lpw-8513236-article-filesfrancesocialtourismcontract-jpg_4285210_660x281

Que vont devenir les 20 000 Vélib’ de JCDecaux à Paris ?

Iront-ils à la casse ou dans un pays d’Europe de l’Est ? Et que deviendront les plus de 1 000 stations présentes dans la capitale ?

Au revoir, les bons vieux Vélib’ de 22 kilos pièce ! © FRANCOIS GUILLOT

Par Olivier Ubertalli .Publié le 12/05/2017  Le Point.fr

8465185lpw-8513060-leparisien12x12cmindd-jpg_4285213

Un nouveau bicycle conçu par Philippe Starck avec modèle mécanique en jaune ou à assistance électrique en vert.

Le vélo designé par Philippe Starck { né le 18 janvier 1949  à Paris , est un créateur et décorateur d’intérieur français. Connu aussi bien pour ses décorations intérieures que pour ses productions en série de bien de consommation courante et son désign industriel, Philippe Starck connaît depuis les années 1980 un succès international }   proposé par JCDecaux pour remplacer les premiers Vélib » (mécanique en jaune et avec assistance électrique en vert). © JCDecaux

Au revoir, les Vélib’. En avril, le géant du mobilier urbain JCDecaux   a perdu le marché des vélos en libre-service à Paris   qu’il détenait depuis 2007. Le voilà contraint de céder la place à une PME montpelliéraine, Smoove. Jeudi 4 mai, le tribunal admnistratif de Paris  a en effet confirmé l’attribution du marché au groupement Smoovengo, rejetant le recours en référé de JCDecaux contre la signature de ce contrat emblématique avec le syndicat mixte Autolib’ et Vélib’ Métropole, qui regroupe Paris et une centaine de communes partenaires.

Les trois juges ont écarté les arguments soutenus par JCDecaux. Ils estiment notamment que l’appel d’offres remporté par Smoovengo ne devait pas « prévoir expressément […] la reprise des salariés » actuellement employés par Cyclocity France , filiale de JCDecaux. Les magistrats précisent cependant que la reprise de ces effectifs (315 personnes) sera « une obligation légale » pour Smoovengo « si les conditions sont réunies à la date du transfert de l’activité », prévu le 1er janvier 2018. Si leur sort ne semble donc pas réglé, il reste de nombreuses autres questions pratiques. Comment se passera la transition entre JCDecaux et Smoove ? Que vont devenir les 20 000 Vélib’ actuellement en service ? Quid des plus de 1 000 stations Vélib’ et des 40 000 points d’accroche

8465185lpw-8513123-mise-en-page-1-jpg_4285214

Selon le contrat actuel, c’est le géant du mobilier urbain (via sa filiale Somupi détenue à 66 % par JCDecaux et 34 % par Publicis) qui doit gérer l’avenir aussi bien des vélos que des stations, des bornes et des points d’accroche du programme Vélib’, et supporter la charge financière de leur retrait. « Nous avons à Paris environ 20 000 vélos, explique Albert Asséraf, directeur général stratégie, data et nouveaux usages de JCDecaux. Chaque année, un Vélib’ parcourt jusqu’à 10 000 kilomètres, contre 200 à 300 kilomètres pour un vélo personnel. » Si elle remportait l’appel d’offres, la société avait de toute façon prévu de les remplacer par un nouveau bicycle conçu par Philippe Starck

(voir photo avec modèle mécanique en jaune ou à assistance électrique en vert).

« Nous avons des règles et des process très clairs en termes d’économie circulaire, de développement durable et de recyclage », précise Albert Asséraf. Ainsi chaque Vélib’ sera examiné de la selle (italienne, de marque Royal) aux freins (japonais, Shimano), en passant par les pneus (français, Hutchinson).

« L’intégralité des pièces détachées, que ce soit un dérailleur, une roue ou un cadre, sera révisée. Soit elles sont en bon état et seront reconditionnées à neuf. Soit les pièces ne sont pas réutilisables et iront alors vers nos filières de recyclage », assure Albert Asséraf. La société travaille avec plusieurs entreprises de recyclage. Elles doivent se charger, par exemple, de fondre les cadres en acier, inutilisables parce que tordus ou voilés, ou les protège-guidons en plastique afin d’en enclencher le recyclage. Basée en Saône-et-Loire, Mediat’s regranule ainsi les carters en plastique endommagés et refabrique des pièces neuves.

Pour les vélos reconditionnés, ils seront dans un premier temps stockés sur des sites qui restent à déterminer, dans l’espoir d’être remis en service ailleurs sous d’autres couleurs. Aujourd’hui, JCDecaux est présent à l’international dans près de 90 villes de 13 pays avec ses vélos en libre-service (VLS), sous des couleurs différentes (voir photo). Mais, pour l’heure, tous les contrats VLS ont été équipés de matériel neuf (vélos et systèmes d’accroche). Le sort des Vélib’ parisiens en bon état (sur les 20 000 actuels) reste donc encore en suspens

Les 40 000 points d’accroche répartis dans 1 233 stations Vélib’

JCDecaux compte 40 000 points d’accroche, aussi appelés bornettes, répartis dans 1 233 stations Vélib’ (ou bornes), dont 1 000 dans Paris intra-muros. Aussi bien les points d’accroche que les stations devraient être dans un premier temps stockés dans des entrepôts de la société, où se trouvent déjà les mobiliers urbains récemment démontés en attente de reconditionnement. « Nous avons un protocole précis en matière de démontage du mobilier urbain », précise Albert Asséraf. Ainsi, en 2015, 2 000 abribus ont été remplacés à Paris. Ils ont été soit recyclés (filières de recyclage) soit stockés sur des sites logistiques, comme celui de Plaisir (Yvelines), pour être reconditionnés à neuf. Nombreux sont ceux déjà réinstallés en Lituanie, en Suède, en Allemagne ou bien en France.

La voirie et le futur

Une fois le matériel démonté, la société remet en état les sols, sauf spécifications contraires de la part de la collectivité. Il est prévu une période transitoire durant laquelle JCDecaux va progressivement désengager son système Vélib’ tandis que Smoove introduira le sien. Les deux systèmes vont cohabiter entre octobre 2017 et mars 2018. La manière dont se passe cette transition – gare aux problèmes de voisinage ! – sera riche d’enseignements pour l’avenir. Et notamment pour le prochain contrat de vélos en libre-service de Lyon, actuellement détenu par JCDecaux (avec environ 4 000 vélos) et qui fait, lui aussi, l’objet d’un nouvel appel d’offres.

 

 

 

Publicités

Auteur : alarpad 2

N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. Les secrets de la mer Rouge (1931) Henry de Monfreid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s