La Grèce,l’inquiétant rapport du FMI 2017

6988060lpw-6988091-article-grece-jpg_4082644_660x281

La Grèce devrait connaître une croissance anémique de 0,4 % en 2016.  © AFP

L’institution internationale dresse un tableau plutôt noir de l’économie grecque. Et maintient que la dette du pays n’est pas soutenable.

C’est un inquiétant état des lieux de l’économie grecque que dresse le Fonds monétaire international (FMI) dans son dernier rapport sur le pays publié mardi soir. On comprend dès lors pourquoi ses actionnaires sont si réticents à participer au troisième plan d’aide de 86 milliards d’euros de prêts sur trois ans (2015-2018) accordé par le reste de la zone euro à l’été 2015.

Non que les efforts d’Athènes n’aient été réels. Depuis 2009, les comptes publics et la balance extérieure ont été ramenés d’un déficit à deux chiffres à l’équilibre aujourd’hui (hors intérêts de la dette). Un ajustement qualifié d’« impressionnant » par les équipes du FMI, qui en ont pourtant vu d’autres. L’effort est d’autant plus louable qu’il a été réalisé dans le contexte de l’Union monétaire européenne, c’est-à-dire sans pouvoir recourir à l’arme de la dévaluation.

Une économie grecque « non compétitive »

Mais cet ajustement budgétaire considérable, d’environ 16 points de PIB en cinq ans, a été payé au prix fort. Le PIB s’est contracté de plus d’un quart depuis 2008 et les investissements, de plus de 60 % ! Quant au chômage, il a atteint le niveau le plus élevé des pays de la zone euro. Résultat, au lieu de se réduire, la dette a augmenté de 65 points, à 180 % du PIB, et ce, malgré les allègements consentis par les partenaires européens et par les créanciers privés du pays, en 2012.

Pire, alors que l’ajustement consenti devait aider l’économie grecque à rattraper ses faiblesses, elle « reste structurellement non compétitive », constate le FMI. « Cette situation vient, pour une large part, d’un climat peu favorable aux investissements, lié notamment au manque de progrès dans l’ouverture de l’économie à cause de groupes d’intérêts qui ont empêché les prix de s’ajuster pour restaurer la compétitivité », expliquent les économistes du Fonds. En d’autres termes, la réforme du marché du travail, qui a fait baisser les salaires, n’a pas été suivie par les prix et ce sont les salariés qui ont payé la facture, ainsi que les chômeurs. Bien au-dessus de 20 %, « le taux de pauvreté reste à un niveau inacceptable », reconnaît le FMI.

Des règles de licenciements collectifs ubuesques

Les rigidités persistantes de l’économie grecque se voient, par exemple, aux règles qui encadrent le déclenchement de licenciements collectifs. Selon le FMI, les plans sociaux nécessitent une autorisation qui n’a été accordée que… deux fois depuis le début des années 80 ! À tel point que la Cour de justice de l’Union européenne a jugé la règle incriminée contraire au principe de libre entreprise. « Cela rend les restructurations très coûteuses en Grèce. De nombreuses entreprises sont obligées de délocaliser, d’entrer en faillite ou de mener des plans de départs volontaires », écrivent les économistes du Fonds.

Seuls points positifs, le chômage a baissé de 28 % en octobre 2013 à 23 % trois ans plus tard et la croissance revient timidement (probablement 0,4 % en 2016). Mais cela ne suffira pas pour permettre à la Grèce de se relever, considère le FMI.

Les réformes des retraites et de l’impôt sur le revenu érigées en priorités

Pour l’institution dirigée par la Française Christine Lagarde, la Grèce est donc loin d’être tirée d’affaire malgré les réformes ambitieuses votées depuis l’été 2015. D’autant que les conditions attachées au troisième plan d’aide par ses partenaires du pays ne sont pas adaptées, estiment ses équipes. Il consiste essentiellement en des hausses de taux d’impôt, déjà élevés, prélevées sur des bases trop étroites, estime le Fonds. Et les coupes automatiques des dépenses pour rester dans la trajectoire du déficit budgétaire prévue sont dangereuses. Elles empêchent en effet une véritable réflexion sur les réformes qu’il est nécessaire de mener.

Selon le FMI, il y a urgence à réformer le système de retraites, largement déficitaire, et à élargir la base de ceux qui paient l’impôt sur le revenu, car un salarié sur deux serait exempté. « La structure actuelle des finances publiques est fondamentalement inefficace, injuste et finalement socialement intenable, parce qu’elles favorise les retraités et les classes moyennes, tout en privant les ménages aux revenus les plus modestes et les chômeurs des aides sociales ciblées ainsi que des services publics dont ils ont besoin et qui sont la norme dans les autres pays de la zone euro », attaque l’institution. Le gouvernement grec, lui, ne veut pas en entendre parler au prétexte que les revenus des retraités sont devenus indispensables pour la survie de nombreuses familles.

Des impôts non recouvrés

Le Fonds pointe également l’incapacité de l’État grec à collecter les impôts. Depuis le début de la crise, le taux de recouvrement s’est effondré de plus de 70 % à à peu près 40 %. Il faut dire que les entreprises et ménages en difficulté ont accumulé des arriérés depuis 2008 auxquels se sont ajoutées des pénalités qu’ils n’ont parfois pas les moyens de payer. Ils espèrent souvent y échapper avec les amnisties fiscales imposées aux administrations par le pouvoir politique.

Quant au système bancaire, il est plombé par des prêts pourris – peu susceptibles d’être remboursés –, ce qui obère la distribution de crédits indispensables pour les petites entreprises.

Un allègement de la dette indispensable

Dans ces conditions, le FMI ne croit pas réaliste d’imposer à la Grèce un excédent primaire (c’est-à-dire hors remboursement des intérêts de sa dette) de 3,5 % du produit intérieur brut pendant dix ans, de 2018 à 2028, comme le réclament pourtant ses partenaires de la zone euro. Il faut dire que l’exigence est énorme : la France, en comparaison, est toujours en déficit primaire !

Le FMI conditionne donc sa participation au troisième plan d’aide, toujours en suspens, à un allègement d’ampleur de la dette grecque de la part des Européens afin de rétablir la confiance des investisseurs dans la capacité du pays à s’en sortir. « Nous nous sommes largement accordés pour dire que, même avec l’application de réformes ambitieuses, la Grèce ne pourra connaître une situation soutenable sans un allègement significatif de la dette de la part de ses partenaires européens », expliquent les équipes du Fonds.

Bras de fer à trois

Du côté des Européens, on réplique que les mesures déjà votées permettront, peu ou prou, d’arriver à l’excédent budgétaire voulu à partir de 2018, malgré les doutes du FMI qui prévoit 1,5 % seulement. Certains accusent donc tout bas l’institution de jouer double jeu : celui qui consiste à réclamer un allègement de la dette financé par la zone euro en faveur de la Grèce tout en exigeant « des réformes d’une brutalité invraisemblable », comme celle des retraites.

Mais, comme l’Allemagne et d’autres États plutôt « faucons » (les pays intransigeants) refusent de se passer de l’expertise et du financement du FMI, les ministres des Finances font donc pression sur la Grèce pour qu’elle cède aux exigences de réformes sur les retraites et l’impôt sur le revenu prônées par l’institution internationale. En échange, ils commencent tout juste à envisager de relâcher un peu la rigueur budgétaire à moyen terme. Histoire de tourner définitivement la page de la tragédie grecque. C’est loin d’être gagné : le gouvernement d’Alexis Tsipras a de plus en plus de mal à faire accepter les réformes au pays comme à ses propres troupes

Par Marc Vignaud publié le 09/02/2017 / Le Point.fr

 

Publicités

Auteur : alarpad 2

N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. Les secrets de la mer Rouge (1931) Henry de Monfreid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s