Madeleine ,

saint-michel-de-maurienne-valmeinier-a-proximite-de-saint-michel-de-maurienne

La haute Maurienne Savoie Française

cugqwgqwcaewkvm-jpg-kandinski

Vassily Kandinski  ( peintre, graveur, théoricien de l’art, poète et dramaturge allemand puis français, d’origine russe ) né à Moscou  1866 1944

cw_uvd9viaaw6fv-jpg-gustav-klint

Gustav Klint  ( peintre symboliste autrichien  )  1862 1918

cxajhbvxgaanvtj-jpg-dodtovieski-fiodor-peintre-ecrivain

Fiodor Mikhaïlovitch Dostoîevski      ( écrivain Crime et châtiment )   1821  1881

 

 

 

Madeleine Pauline ,

Elle est née en 1914 dans ce petit village de haute Maurienne de 400 âmes.

Elle a obtenue son certificat d’études primaire  à 13 ans ,c’était très rare et important dans le village, la plupart des gens ne savait ni lire ni écrire .

Elle travaille aux champs en aidant ces parents et leurs quelques animaux, deux vaches, quelques moutons , poules et lapins.

Elle se marie très jeune à 16 ans avec un garçon du village Locatelli dont elle aura trois filles Angela, Josiane et Jacqueline. Son mari décède d’une tumeur, c’est ainsi que l’on nommait les cancers à cette époque là; cette tumeur est généralisée et foudroyante il décède en moins de trois mois dans son lit ,Il n’a que 22 ans ,il n’a  jamais bu et n’a jamais fumé !!!!

Cette très jeune femme n’a que 22 ans et déjà trois filles en bas âges à élever seule sans allocations d’aucune sorte ,sans salaire ni fermage qui appartient à ces parents et qui n’ont pas les moyens d’élever ces trois enfants supplémentaires. Les champs ne permettent pas de cultiver plus de pommes de terre ou de blé pour faire de la farine au moulin de Pralognan, hameau du village ici en montagne. Dans chaque hameau il y a un four à pain qui est fait une fois par semaine par les hommes du même quartier.Tous les hommes savent faire le pain  . La maison et l’étable à l’arrière de la cuisine  ne permet pas de mettre plus d’animaux ni d’avoir les champs pour les nourrir .Ces trois filles seront placés dans un pensionnat, une congrégation de religieuses à Modane. En 1940 Madeleine se remarie avec un garçon du village Albin dont elle aura trois filles Eliane, Andrée et Lucienne qui décède de la jaunisse à un an ..

Elle hérite d’une très grande maison ,en plein centre du village sur trois étages,

Sans eau ,ni électricité. A cette époque l’on ne vend pas les biens de famille, même si l’on meurt de faim !!! Alors elle va élever comme elle peut ces cinq enfants, les trois filles ainées viennent tous les week end  et toutes les vacances à la maison et elle partage les quelques pommes de terre ou bien la soupe entre tous ,souvent elle ne mange pas pour donner à ces enfants qui eux ont très faim à cet âge là .

Dès les années 1945 /1950 les trois grandes filles ont de 14 ans à 20 ans et vont travailler à Modane, dans des auberges restaurants de cette ville garnison frontalière .Ces filles vont se marier et quitter la vallée et la maison familiale. Elle n’a que 35 ans en 1949 quand son deuxième mari Albert Albin décède des suites de la deuxième guerre mondiale  Elle a encore deux petites filles de 7 et 8 ans à élever toute seule.

Dans les années 1960,Madeleine est seule dans sa grande maison, elle a mariée toutes ces filles, il y a un petit garçon qui « traine sa misère »  dans le village, ces parents boivent et le battent, alors il se sauve, mais le village est si petit. Madeleine le recueille, le fait rentrer chez elle, le réchauffe, lui donne un verre d’eau, une pomme, le lave avec un grand baquet d’eau tiède qu’elle fait chauffer sur sa cuisinière à bois qui fonctionne 24/24 huit mois sur douze .Il a très peu de vêtements , il a froid alors Madeleine lui tricote des chaussettes, des gants, un bonnet, même un pull over tout cela avec des vieilles pelotes de laine de toutes les couleurs . L’enfant s’habitue et se réfugie de plus en plus chez Madeleine qui n’est rien pour elle, il se sent bien, il ne veut plus rentrer chez lui, d’ailleurs ces parents ne s’en occupent pas.

Madeleine est généreuse, elle sait écrire et fera toute seule les démarches pour l’adopter et le tribunal de Chambéry autorisera l’adoption de ce gamin d’une dizaine d’année et deviendra le sixième enfant de Madeleine ,il s’appelle Gérard. Gérard se mariera et ira habiter en ville à Chambéry .

Madeleine est seule et coule des jours heureux dans sa maison. Elle refuse qu’on lui installe l’eau et l’électricité, car cela coûte trop cher .Elle se chauffe au bois avec sa vieille cuisinière, qui lui procure aussi de l’eau chaude ,chauffe la maison, enfin la cuisine surtout et lui sert pour faire à manger. Seule deux de ces filles resteront très proche de leur mère Angela et Andrée mariée toutes deux dans la région et seront toujours présente et la boulangère du village à reçu des consignes de ces deux filles, « si vous ne voyez pas maman appelez nous ?» . Madeleine n’a pas le téléphone. Elle paie son pain chaque mois échu. Elle continue de faire son jardin pour ces légumes. Ces petits enfants ne viennent pas la voir, depuis qu’un jour l’un deux cassa l’urne funéraire du grand-père placée dans la cuisine sur la cheminée. Seule Catherine aime cette grand-mère et vient y passer presque toutes ces vacances chez mémé dit– elle . Madeleine lui apprend les rudiments de la vie, notamment sur la nourriture son cheval de bataille, elle est très stricte et sais ce qu’elle veut .Un jour Catherine demande à sa grand –mère un réglisse à la boulangerie .Ah ! tu veux un réglisse :je vais t’expliquer : «  le réglisse est très sucré cela va engendrer des carries dentaires, tes dents vont tomber, tu ne pourra plus mastiquer, tu auras mal à l’estomac ,cela va te déclencher des tumeurs, tu vas aller à l’hôpital, tes cheveux vont tomber  etc … » Est-ce que tu veux toujours un réglisse .Non mémé !!! La boulangère était un peu déçu de ne pas avoir vendu un réglisse au prix de 5 centimes de francs !!! Vous n’êtes pas un peu dur Madeleine avec votre petite fille dira le boulangère !!!!

Les idées sont dures dans ces villages de montagne, elle reproche discrètement à sa voisine de ne pas être née ici dans le village mais à Termignon situé à 15 km !!!il y a 60 ans pourtant qu’elle habite le village avec son mari Germain Clappier.

Madeleine à 80 ans, elle commence à souffrir faiblement de la maladie d’Alzheimer ; ces filles sont inquiètes qu’elle continue a vivre dans cette grande maison sans électricité ni eau , elle s’éclaire avec des bougies, les longues soirées d’hiver .Elle refuse de venir vivre chez ces enfants même avec un appartement indépendant .Il est convenu qu’elle ira passer l’hiver à Saint Michel de Maurienne dans une maison de retraite et qu’elle rentrera chez elle dès les beaux jours au printemps .

En 1997 à 83 ans, un soir d’hiver elle quitte la maison de retraite pour rentrer chez elle à pied ,elle glisse et tombe dans la neige dans le fossé , elle va mourir de froid quelques heures plus tard !!! Un cycliste la trouve, averti la police , le brave homme sera inquiété par les gendarmes, il sera finalement disculpé de tout griefs à son endroit .

Mais le jour de l’enterrement des femmes âgées qui connaissaient bien Madeleine refuseront que la messe ne commence avant que les représentantes de la maison de retraite ne quittent l’église ; rendant responsable l’administration hospitalière de son décès .

 

 

 

Publicités

Auteur : alarpad 2

N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. Les secrets de la mer Rouge (1931) Henry de Monfreid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s