Le 45 eme Président des Etats Unis

donald_trump_nyma-jpg-new-york-military-academy-en-1964-a-lage-de-18-ans

Donald Trump Military Académy en 1964 à l’âge de 18 ans

trump-tower-3-jpg-trump-tower-725-cinquieme-avenue-dans-midtown-manhattan

Trump Tower Cinquième Avenue dans Midtown Manhattan

trump_meets_reagan-jpg-president-ronald-reagan-et-donald-trump-en-1987-maison-blanche

Le Président Ronald Reagan et Donald Trump en 1987

 

Jeunesse ,

Donald John Trump Sr. naît le 14 juin 1946 à New York1 dans le quartier du Queens. Il est le quatrième des cinq enfants de Mary Anne (née MacLeod) et Fred Trump  (1905-1999), riche promoteur immobilier américain. Sa mère est originaire de l’île de Lewis, en Ecosse . Bien que dans son livre The Art of the Deal, il explique que son père est né au New Jersey de parents suédois, ses grands-parents paternels étaient en fait des immigrés Allemands , et son père est né dans le Bronx .Frédérick Trump , grand-père paternel de Donald, a fait fortune dans des villes champignons en exploitant des hôtels, restaurants et maisons closes pendant la ruée vers l’or du Klondike .

Donald Trump a deux frères : Fred III. (1938–1981), mort de complications liées à son alcoolisme, et Robert, né en 1948. Il a également deux sœurs: Maryanne Trump Barry , née en 1937, juge fédérale des Etats -Unis devant la cour d’appel des Etats-Unis pour le troisième circuit , et Elizabeth, née en 1942.

Carrière d’homme d’affaires

En 1968, il rejoint l’entreprise de son père Fred Trump , un groupe immobilier gestionnaire d’appartements pour la classe moyenne opérant dans les quartiers du Bronx , du Queens , et de Staten Island . Dès lors, sous la tutelle de son père, il connaît ses premiers succès, prélude à sa notoriété.

Alors qu’il a 25 ans, Donald Trump participe à un projet immobilier initié par son père. En deux ans, et moyennant un investissement de 500 000 dollars, le taux d’occupation du complexe de 1200 appartements acquis par l’entreprise familiale passe de 34 % à 100 %. En 1972, le complexe est vendu.

En 1971, il s’installe à Manhattan, où il participe à d’autres grands projets immobiliers ; il promeut une architecture voyante pour gagner la reconnaissance du public14.

Parmi ses plus célèbres immeubles, on peut citer : la Trump Tower de New York , le premier gratte-ciel qu’il a fait construire en 1983, la Trump World Tower  (située à New York, pendant deux ans le plus grand immeuble d’habitation du monde, avant de céder le titre à la 21st Century Tower ), la Trump Tower construite en 2009 à Chicago , le Trump Palace Condominiums  à New York, le Trump Taj Mahal à Atlantic City , le Trump Las Végas.

En 1989 L’année suivante, il sponsorise le Tour Trump , une nouvelle course cycliste , organisée dans l’Est des États-Unis, dans le but de concurrencer le Tour de France. Il revend la course en 1991 à John Dupont  qui la renomme en Tour DuPont .

Au début des années 1990, son empire est en péril, le marché de l’immobilier battant de l’aile : il doit restructurer son groupe et ses activités pour éviter la faillite.

Il fait sa première incursion à la télévision en 1996, en devenant co-propriétaire du concours de beauté Miss Univers , diffusé depuis 2003 sur NBC.

Il entame surtout une carrière d’animateur télévisé. À partir de 2004, il possède sa propre émission, The Apprentice , qui connaît un grand succès,  pouvant en atteindre plus de 40 millions de téléspectateurs . Il ne renouvelle pas son contrat pour une nouvelle saison à la suite de sa déclaration de candidature aux primaires de 2016.

En 2010, il devient Docteur Honoris Causa en administration des entreprises de l’ université Robert Gordon le récompensant pour sa carrière en tant qu’homme d’affaires. Il se fait retirer son titre en 2015, après sa proposition controversée d’interdire temporairement l’accès des musulmans au territoire américain.

Le magazine  Forbes  estime, en octobre 2015, sa fortune à 4,5 milliards de dollars , ce qui place Donald Trump au 113e rang des fortunes américaines.

Parcours politique

Projets de candidatures présidentielles

Initialement démocrate, il est ensuite un fervent partisan du président Ronald Reagan  et commence à s’engager en politique en 1987 au Parti républicain. Il songe à se présenter aux primaires républicaines de 1988 ; celles-ci sont remportées par  George H.W.Bush , qui aurait un temps envisagé de se présenter avec Donald Trump comme candidat à la vice-présidence des États-Unis.

Donald Trump quitte le Parti républicain en 1999 et rejoint le Parti de la réforme des Etats -Unis d’Amérique , fondé par Ross Perot . Il cherche à obtenir l’investiture de ce parti en vue de l’élection présidentielle de 2000, mais il renonce à présenter sa candidature alors qu’il était crédité de 7 % d’intentions de vote à l’élection présidentielle.

Entre 2001 et 2009, sous la présidence de  George W.Bush , auquel il s’oppose, il est à nouveau enregistré comme électeur démocrate. En 2008, il finance la campagne pour l’investiture démocrate de Hillary Clinton . En 2009, il s’inscrit au Parti républicain, et s’y réinscrit en 2012 après un interlude indépendant, sans affiliation.

Après avoir envisagé une candidature en tant qu’indépendant à l’élection présidentielle de 2012, il apporte son soutien au candidat républicain, Mitt Romney .

Élection présidentielle de 2016

Primaires présidentielles républicaines

Trump annonce sa candidature aux primaires républicaines le 16 juin 2015 , avec le  slogan  » Make América Great Again ! »(« Rendons sa grandeur à l’Amérique ! ») — utilisé jadis par Ronald Reagan . Dès le début de sa campagne, il revendique un discours « politiquement incorrect », notamment sur l’immigration. Il soulève une polémique en accusant le gouvernement mexicain d’envoyer des criminels aux États-Unis, et se voit reprocher des déclarations jugées sexistes.

Donald Trump se présente en sauveur d’une Amérique moribonde, minée par la corruption de ses élites et par un système électoral inique. Lors du discours qui suit l’annonce de sa candidature, il insiste sur les 18 000 milliards de dollars de dettes des États-Unis, qui souffrent selon lui d’avoir « des gouvernants qui ne comprennent pas », « moralement corrompus » et « qui bradent ce pays au point de l’anéantir ». Il estime que « le rêve américain est mort ».

L’annonce de sa candidature, alors créditée de moins de 5 % dans les sondages, suscite dans un premier temps l’indifférence générale, tandis que  Jef Bush  apparaît comme le favori pour l’investiture républicaine

À la fin du mois, Chris Christie , gouverneur républicain modéré du New Jersey ayant abandonné la campagne, est la deuxième figure importante du Parti républicain à lui apporter son soutien, après  Sarah Palin en janvier. Il est suivi par le sénateur Jeff Sessions , le premier parlementaire républicain à le faire. Son ancien concurrent Ben Carson  lui apporte son soutien au mois de mars, suivi, le mois suivant, par Rudolph Giuliani , le maire républicain de New York lors des attentats du 11 septembre 2001 .

Dans l’histoire récente des campagnes de primaires pour l’élection présidentielle américaine, il fait partie des candidats en position de favori des sondages ayant le moins dépensé d’argent. À la date du 10 mars 2016, il est ainsi, parmi les candidats républicains et démocrates, celui qui a dépensé le plus petit budget de campagne électorale, à savoir 27 millions de dollars (85 millions pour Marco Rubio , 96 millions pour Bernie Sanders , 104 millions pour Ted Cruz  et 188 millions pour Hillary Clinton ). Il dépense beaucoup dans ses courriers aux électeurs et ses produits dérivés, mais ne commande aucun sondage (alors que Hillary Clinton a dépensé 896 000 dollars dans le domaine pour le seul mois d’avril) et dépense très peu en publicité ou en action militante sur le terrain, misant sur de grands meetings et un fort temps d’antenne dans les médias grâce à ses déclarations polémiques — il est probablement le candidat le plus suivi de l’histoire des campagnes politiques américaines.

Le 18 juin 2016, alors qu’il est en meeting à Las Vegas , il échappe à une tentative d’assassinat de la part d’un Britannique de 19 ans ayant tenté de s’emparer de l’arme d’un agent de service.

À la mi-septembre 2016, Donald Trump a dépensé 18,7 millions de dollars en publicité télévisuelle, alors qu’Hillary Clinton a dépensé 109,4 millions, et il a levé 205,8 millions de dollars de fonds, alors qu’Hillary Clinton en a levé 516,7 millions. Il recueille le soutien de seulement 6 titres de presse, contre plus de 200 pour Hillary Clinton, d’après un décompte réalisé par Politico  qui estime qu’« aucun candidat n’avait jamais reçu aussi peu de soutiens » dans la presse

Pour le politologue Dominique Moïsi , son duel face à Hillary Clinton représente le premier « face-à-face entre une démocrate  interventionniste et un républicain isolationniste » depuis l’élection présidentielle de 1940  et la victoire de Franklin Delano Roosevelt  sur le républicain Wendell Willkie .

Le président Barack Obama, qui déclare lors d’un meeting de soutien à son ancienne secrétaire d’État, tenu le 15 octobre à Cleveland , « Donald Trump menace d’emprisonner ses opposants politiques.Le président estime également que « la démocratie est en jeu. Le savoir-vivre est en jeu dans cette élection. La tolérance est en jeu. La courtoisie est en jeu. L’honnêteté est en jeu .

Deux jours avant l’élection, le  F.B.I  maintient sa décision de ne pas poursuivre Hillary Clinton, estimant que les nouveaux mails n’apportent rien de nouveau, ce que Donald Trump conteste, estimant que le FBI n’a pas vraiment pu examiner 650 000 mails en huit jours. L’égalité est en jeu. ».

Quelques jours avant l’élection, l’écart se réduit dans les sondages entre les deux candidats, le directeur du  F.B.I  ayant révélé que la découverte de nouveaux courriels justifiait de nouvelles investigations en direction d’Hillary Clinton, dans  l’affaire des emails la concernant, et  Wikileaks  relançant les accusations à l’encontre de Bill Clinton et sa fondation et accusant Mrs Clinton d’avoir été prévenue de certaines questions qui lui ont été posées lors des débats de la primaire démocrate.

Période de transition

Le 8 novembre 2016 , alors que Donald Trump se voit attribuer 279 des 538 grands électeurs du collège électoral , désignant le président pour la Maison-Blanche , le Parti républicain est également sur le point de contrôler la Chambre des représentants , le Sénat  et donc la Cour suprême . Pour le politologue Vincent Michelot , « c’est du jamais-vu depuis les années 1930. Même Reagan a gouverné avec une majorité démocrate à la Chambre des représentants ». Il s’agit de la sixième fois depuis 1900 que les Républicains ont la mainmise sur le Congrès et la Maison-Blanche. Le scrutin de la présidentielle aux États-Unis étant indirect, l’élection définitive de Donald Trump sera effective lors de la réunion du Collège électoral. Sa prise de fonction devrait se tenir le 20 janvier 2017.

Donald Trump estime que la présidence de Théodore Roosevelt correspond à l’apogée de l’hégémonie américaine et désigne les généraux  Douglas MacArthur  et George Patton  comme ses figures favorites de l’histoire américaine

Défense nationale

Donald Trump propose d’augmenter les effectifs de l’armée américaine à 540 000 individus en relevant le plafond du budget de la Défense fixé en 2011 par le Congrès, et reprend à son compte le slogan « La paix par la force » (Peace through strengh) de Ronald Reagan . Il indique ne pas exclure l’usage de l’arme nucléaire , notamment en Europe ou au Moyen-Orient, estimant que cette possibilité renforcerait la position des États-Unis dans les négociations internationales, tout en précisant qu’il serait « le dernier » à l’utiliser. Lors d’un débat avec Hillary Clinton, il s’engage, concernant l’affaire des e-mails , à « donner l’ordre à [son] ministre de la Justice de nommer un procureur spécial pour faire la lumière sur [sa] situation », et la menace d’emprisonnement

Moyen Orient

Il salue l’intervention militaire de la Russie en Syrie ainsi que la décision de l’Allemagne d’accueillir les réfugiés syriens , et propose de créer une « zone sûre quelque part en Syrie » afin de stopper l’afflux de réfugiés en Europe. Il critique finalement « la naïveté de Merkel » dans la crise migratoire en Europe , et suggère que l’Allemagne et les pays du Golfe persique payent pour la création et la surveillance de zones de sécurité en Syrie destinées aux réfugiés.

Proche-Orient

Tout en se disant « totalement pro-israélien », il prône la neutralité dans le  conflit israélo-palestinien , position la plus à même selon lui d’aboutir à un accord de paix. Il se dit partisan de la solution à deux Etats  et souhaite que l’Autorité palestinienne reconnaisse le droit d’Israël à exister en tant qu’État juif. En mars 2016, son discours devant l’ Américan Israel Public Affairs Committee  (AIPAC) est plutôt bien accueilli et même perçu comme un « tournant » de sa campagne par le journal israélien Haaretz , notamment lorsqu’il s’engage à reconnaître Jérusalem  comme capitale d’Israël et à y transférer l’ambassade américaine (installée àTel Aviv-Jaffa  )— proposition récurrente au sein du Parti républicain —, ou encore à « démanteler » l’accord conclu entre les grandes puissances et l’Iran sur son programme nucléaire. Il s’était jusqu’ici singularisé par sa volonté d’« assumer » ce dernier, bien qu’il le juge « mauvais »

Chine

Il envisage d’imposer une taxe de 45 % sur les exportations chinoises en direction des États-Unis, à la fois pour des raisons commerciales et politiques, et souhaite obliger les Chinois à se retirer de la  mer de Chine méridionale .

Questions sociales et sociétales

Santé

Donald Trump n’est opposé ni au Médicare  ni au Médicaid : il explique que sous sa présidence, les États-Unis seront « si riches » qu’il sera inutile de les remettre en cause. Il s’engage en revanche à abroger la réforme du système de santé instauré par Barack Obama , dite Obamacare, et souhaite remplacer le Patient Protection and Affordable Care Act (adopté en 2010) par « quelque chose de mieux », à savoir des assurances privées subventionnées par l’État et des comptes d’épargne santé individuels

Economie

Il propose de démanteler la quasi-totalité de la réforme Dodd-Frank , adoptée après la  crise des subprimes , pour éviter à l’État fédéral de devoir renflouer des établissements financiers en difficulté.

Il annonce un plan de développement des infrastructures de 1 000 milliards de dollars sur dix ans, principalement à l’initiative du secteur privé avec un crédit d’impôt offert aux entreprises privées qui lanceront des projets et un financement à 85 % par de la dette.

Immigration et politique des frontières

En août 2015, il se prononce pour l’expulsion des États-Unis de tous les immigrés clandestins (soit 11 millions d’individus). En février 2016, il assure ne pas vouloir combattre l’immigration « mais l’immigration illégale », qui « doit être stoppée, ainsi que celle de ceux qui veulent nous imposer leurs règles et leurs dogmes »

Il souhaite par ailleurs expulser les milliers de réfugiés syriens entrés sur le sol américain, qu’il présente comme un « cheval de Troie » pour les terroristes

Musulmans et islamisme

Selon l’historienne Sally Howell, spécialiste de l’islam américain , les propositions de Donald Trump visant les musulmans et les ressortissants de pays où sévit le terrorisme ont « libéré une parole anti-musulmans et provoqué une vague d’islamophobie comme le pays n’en avait jamais connu. » Rappelant que plus de cent mosquées ont été attaquées ces derniers mois et que les violences anti-musulmans ont explosé, elle estime que « l’islamophobie a en quelque sorte été légitimée ».

Vie privée

Il a cinq  enfants .

En 1977, il épouse Ivana Zelnickova , athlète et mannequin tchécoslovaque Donald Trump Jr . (né le  31 décembre 1977 ),  Ivanka Trump (née le 30 octobre 1981 ) et Eric Trump (né le 6 janvier 1984 ).

Le 21 décembre 1993, il épouse Marla Maples, il a une fille, Tiffany Trump (née le  13 octobre 1993 ).

Depuis le 22 janvier 2005, il est marié à Mélania Knauss , mannequin originaire de Slovénie avec laquelle il a un fils : Barron William Trump (né le 20 mars 2006).

Il a huit petits enfants

Donald Trump est un  Protestant presbytérien .

Dans les arts et la culture populaire

En 1989, le peintre Ralph Wolfe Cowan réalise un portrait de Donald Trump sur commande de ce dernier ; le tableau est exposé à la bibliothèque de Mar-a-Lago, le club privé de Donald Trump à Palm Beach, en Floride.

Donald Trump est couramment comparé à   Charles Foster Kane , le personnage principal de Citizen Kane , chef-d’œuvre d’ Orson Welles qu’il présente comme son film préféré.

Publicités

Auteur : alarpad 2

N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. Les secrets de la mer Rouge (1931) Henry de Monfreid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s